Succession Apostolique de l'Eglise Vieille Catholique

Pour qu'un évêque soit validement consacré, il faut qu'il reçoive l'imposition des mains d'un autre évêque dont la succession remonte sans interruption jusqu'à un Apôtre institué par Jésus-Christ.

Le présent tableau part de 1655. La période antérieure peut être consultée aux archives du Vatican, mais ne pose pas de problème puisqu'elle remonte aux Apôtres par la lignée des papes et évêques de l'Église Catholique Romaine. La période antérieure peut être consultée aux archives du Vatican.

De nouvelles recherches font maintenant remonter cette succession jusqu'en 1541 ou jusqu'au Cardinal Scipione REBIBA (1541) ; consécrateur de monseigneur Giulio Antonio Cardinal Santorio (1566) ; consécrateur de monseigneur Girolamo Cardinal Bernerio (1586) ; consécrateur de monseigneur Galeazzo Sanvitale (1604) ; consécrateur de Monseigneur Ludovico Cardinal Ludovisi (1621) ; consécrateur de monseigneur Luigi Cardinal Caetani (1622) ; consécrateur de monseigneur Giovanni Battista Scanaroli (1622)

 

1. Le Cardinal Antonio Barberini, né en 1607, était le neveu du Pape Urbain VIII. Le 30 août 1627, le Pape le nomme Grand Prieur de l'Ordre des Chevaliers de Malte et Cardinal de l'Église Romaine, au titre de Sainte Marie en Acquiro. En 1628, il devint Légat à Avignon. En 1655, il fut consacré Évêque de Frascati, à Rome. Le Prélat consécrateur était Monseigneur Scannaroli, Évêque de Sidonie, assisté de l'Évêque Bottini, prélat du Pape, et de l'Évêque Laurenzio Gravotti, de Vintimilia. Le 22 décembre 1667, le Cardinal Barberini devint Archevêque de Reims. En 1668, il consacra comme coadjuteur, avec droit de Succession Mgr Charles Maurice Le Tellier. Il mourut, le 3 août 1671, au Château de Nemi, à quelques miles de Rome.

2. Le Cardinal Antonio Barberini consacre Charles Maurice Le Tellier comme évêque coadjuteur avec droit de succession. Cette consécration a lieu dans l'Église de la Sorbonne à Paris, le 12 novembre 1668.

3. Monseigneur Le Tellier devenu archevêque de Reims consacre Jacques-Bénigne Bossuet comme évêque de Condom. Cette consécration a lieu en l'Église des Cordeliers à Pontoise le 21 septembre 1670.

4. Monseigneur Jacques-Bénigne Bossuet, devenu évêque de Meaux, consacre à Paris Jacques Goyon de Matignon comme évêque de Condom. La consécration a lieu en l'Eglise de l a Chartreuse en 1693.

5. Monseigneur Jacques Goyon de Matignon consacre à Paris Dominique-Marie Varlet comme évêque in partibus d'Ascalon et coadjuteur de monseigneur Pidou de Saint Olon. Cette consécration a lieu en l'Église des Missions étrangères à Paris, le 12 février 1719.

 6. Monseigneur Dominique-Marie Varlet, Évêque in partibus d'Ascalon et coadjuteur de Mgr Pidou, de St. Olon, consacre Pierre JeanMaindaarts, le17 octobre 1739.

7. Monseigneur Pierre Jean Maindaarts, Archevêque d'Utrecht consacre Jean Van Stiphou, le 11 juillet 1745. C'est la naissance de la lignée Vieille-catholique d'Utrecht.

8. Monseigneur Jean Van Stiphou consacre Walter Michel Van Nieumenhuienz, qui consacre, le 7 février 1768.

9. Monseigneur Walter Michel Van Nieumenhuienz consacre Adrien Brockman, le 21 juin 1778.

10. Monseigneur Adrien Brockman consacre Jean Jacques Van Rhijn, le 5 juillet 1797.

11. Monseigneur Jean Jacques Van Rhijn consacre Gilbert Cornelius De Jong, le 7 novembre 1805.

12. Monseigneur Gilbert Cornelius De Jong consacre Willibrordus Van Os, le 24 avril 1814.

13. Monseigneur Willibrordus Van Os consacre Jean Bon, qui consacre, le 12 avril 1819.

14. Mgr Jean Bon consacre Jean Van Santen, le 13 novembre 1825.

15. Monseigneur Jean Van Santen consacre Hermanus Keykamp, le 17 juillet 1853.

16. Monseigneur Hermanus Keykamp consacre Gaspard Jean Rinkel, le 11 août 1873.

17. Monseigneur Gaspard Jean Rinkel qui consacre, le 11 mai 1892.

18. Monseigneur Gérard Gul, Archevêque d'Utrecht (assisté de Mgr Van Thiel, P. Spit et J.Demmel) consacre Arnold-Harris Mathew, le 28 avril 1908, en la Cathédrale Sainte Gertrude à Utrecht.

Celle-ci fut nommée par Saint-Augustin, évêque d'Hippone et Docteur de l'église, en rapport avec la réconciliation avec l'Eglise, au Ve siècle, des schismatiques donatistes et elle est exprimée comme suit.

 

Monseigneur Gérard GULL Archevêque d'Utrecht de l'Eglise Vieille Catholique des Pays-bas, consacra le 28 Avril 1908,

Monseigneur Arnold HARRIS MATTHEW comme Évêque de l'Eglise Vieille Catholique d'Angleterre en Eglise Sainte Gertrude d'Utrecht. Lequel consacra à son tour le 28 Octobre 1914,

Monseigneur Frédéric WILLOUGHBY qui consacra à son tour le 09 Juillet 1922,

Monseigneur James BARTHOLOMEW BANKS qui consacra à son tour le 22 Juin 1924,

Monseigneur John MATTHEW COOPER qui consacra à son tour le 31 Janvier 1954,

Monseigneur Charles BREARLEY qui à titre d'Archevêque Primat de la Sainte Eglise Vieille Catholique d'Angleterre, consacra le 1er Juin 1971 à Bruxelles,

Monseigneur Aimé BAUSIER, au titre d'Evêque Primat de la Petite Eglise Apostolique, qui à son tour consacra le 24 Mai 1979,

Monseigneur Christian VESTRAET, Archevêque Primat, 14e Père spirituel des communautés de la Petite Eglise Apostolique Vieille Catholique, qui à son tour consacra le 20 septembre 2014,

Monseigneur Joly Rudy, Évêque des communautés de la Petite Église Apostolique Vieille Catholique.
 

La communion des églises vieilles catholiques

Le 24 Septembre 1889, les différentes églises vieilles catholiques souscrivent aux décisions de la conférence des Evêques Vieux Catholiques et signèrent une déclaration de principe, qui servira par la suite à la mise en place de la communion de l'Eglise Vieille Catholique, dite de l'union d'Utrecht.

Actuellement la Petite Eglise Vieille Catholique souscrit aux articles de cette déclaration de principe.
 

Déclaration de principes 

  1. Fidélité à l'Eglise primitive des conciles généraux du premier millénaire.
  1. Refus du décret du Vatican I du 18 Juillet 1870, sur l'infaillibilité du Pape, mais reconnaissance du « Primus Inter Pares » (premier entre les égaux) du Pape.
  1. Refus de la définition de l'Immaculée Conception de Marie dans les termes exprimés par le Pape Pie IX en 1854.
  1. Répudiation des décrets dogmatiques récents tels que les bulles « unigenitus » (1713), « autorem fidei » (1794), le syllabus (1864), etc....etc...
  1.  Répudiation des sanctions disciplinaires du concile de Trente mais acceptation de ces définitions dogmatiques « sous réserve » de leur concordance avec les doctrines de l'Eglise Primitive.
  1. Réaffirmation des dogmes concernant la sainte eucharistie.
  1. Espoir d'une nouvelle entente des différentes branches de l'église divisée et attachement à l'enseignement de Jésus-Christ, seul remède contre l'incrédulité ou l'indifférence.
     

La petite Eglise Apostolique Vieille Catholique, partage sa profession de foi avec l'ensemble des Eglises Chrétiennes. Pour elle, l'Eglise est une assemblée religieuse hiérarchique et visible qui continue l'œuvre commencée par le Christ, notre seigneur.

Elle connaît plusieurs moyens de grâce : les sacrements, la prière, la parole de Dieu.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×