Ut Unum Sint

Ut Unum Sint (Qu'ils soient un) est une encyclique du pape Jean-Paul II publiée le 25 mai 1995 dont le titre rappelle la prière de Jésus dans l'Évangile selon Jean (17:21-22). Ce texte traite des relations de l'Église catholique romaine avec l'Église orthodoxe et les autres communautés chrétiennes et est devenu une des bases du dialogue œcuménique. Il s'agit d'ailleurs de la première encyclique papale consacrée à cette thématique.

 

la lettre Encyclique du 25 Mai 1995 « Ut Unum sint »du Pape jean Paul II sur L’engagement Œcuménique du Vatican

Dans le cadre de l’Union de tous les Chrétiens appartenant à des Communautés Ecclésiales ou à des Eglises possédant la filiation Apostolique et l’Episcopat ; l’Evêque de Rome proclame officiellement :

    • L’Eglise Catholique considère l’engagement œcuménique comme un impératif
    • Ces Eglises et ces Communautés séparées… ne sont nullement dépourvues de signification et de valeur dans le Mystère du Salut. L’Esprit du Christ ne refuse pas de se servir d’elles comme moyen de Salut…
    • par la Célébration de l’Eucharistie du Seigneur en chacune de ces Eglises, l’Eglise de Dieu s’édifie et s’accroît.
    • Chez nos frères séparés s’accomplissent aussi de nombreuses actions Sacrées de la Religion Chrétienne… aptes à donner accès à la Communion du Salut.
    • Les Théologiens Catholiques, attachés à la doctrine de l’Eglise, DOIVENT procéder avec amour de la vérité, charité et humilité, en menant ENSEMBLE avec les Frères séparés, leur recherche sur les  DIVINS  MYSTERES.
  • En tant qu’Eglise catholique, nous avons conscience d’avoir reçu beaucoup du témoignage, des recherches… des autres communautés ecclésiales.

Incitant les Eglises de différents courants Apostoliques, à Prier, voire à célébrer l’Eucharistie ensemble, le Saint Père de Rome précise :

    • En dialoguant franchement, les Communautés s’aident mutuellement à se considérer ensemble dans la lumière de la Tradition Apostolique.
    • le Pape Jean XXIII, parlant des autres Chrétiens, constatait : « Ce qui nous unit est beaucoup plus fort que ce qui nous divise».
    • Quand les frères qui ne sont pas dans une parfaite communion se réunissent pour prier, le Concile Vatican II définit leur Prière comme l’âme de tout le mouvement œcuménique.
    • La prière œcuménique doit être particulièrement présente dans la vie de l’Eglise… jusqu’au jour où… tous les Chrétiens se réuniront dans l’unique célébration de l’Eucharistie.
  • Le Directoire souhaite une reconnaissance réciproque et officielle des Baptêmes…

Concernant les siècles de division, de conflit et d’excommunication mutuelle, le Pape proclame :

  • Il faut passer d’une position d’antagonisme et de conflit à une position où l’un et l’autre se reconnaissent mutuellement comme des Partenaires
  • Après le Concile Vatican II… l’usage à été établit de donner l’appellation « d’EGLISES SŒURS » aux Eglises particulières ou locales rassemblées autour de leur Evêque.
  • Ensuite l’abrogation des excommunications mutuelles… a été un pas très important sur la route de la pleine communion.
  • Les Communautés, un temps rivales, s’aident aujourd’hui mutuellement, dans de nombreuses circonstances ; parfois on se prête des édifices du culte ; on offre des bourses d’études pour la formation des ministres ; on intervient auprès des autorités pour la défense des autres chrétiens… on démontre l’absence de fondement des calomnies…

Concernant la reconnaissance mutuelle des Sacres Episcopaux entre l’Eglise Catholique Vaticane Romaine et les « Eglises Sœurs » séparées, Jean Paul II Clame :

    • L’Eglise catholique… soutient que la communion des Eglises particulières avec l’Eglise de Rome, est une condition essentielle… Il faut en effet que la pleine communion… s’exprime visiblement dans un ministère où TOUS  les  EVEQUES  se RECONNAISSENT  UNIS  dans  le  CHRIST.
    • La division des Chrétiens est un grave état de fait qui parvient à entacher l’œuvre même du Christ.
    • J’exhorte donc mes Frères dans l’épiscopat à accorder toute leur attention à cet engagement. Les deux Codes de Droit canonique placent parmi les responsabilités de l’Evêque celle de promouvoir l’unité de tous les Chrétiens… Cela fait partie de la mission épiscopale.
  • Saint Cyprien commente le Notre Père « Dieu ne reçoit pas le sacrifice de l’homme qui vit dans la dissension. Il ordonne que l’on s’éloigne de l’autel pour se réconcilier d’abord avec son frère… Le plus grand sacrifice, c’est la concorde fraternelle… »

Donné à Rome, près de Saint-Pierre, le 25 mai 1995, solennité de l’Ascension du Seigneur, en la dix-septième année de mon Pontificat. Jean Paul II

(*) Extraits  de « l’Engagement œcuménique » du Pape Jean Paul II, Pierre TEQUI éditeur, mai 1995. Reproduction du fac-similé de la Signature de sa Sainteté figurant en page 106 de l’ouvrage cité et dont la lecture est conseillée à tous.


Sa Sainteté Jean Paul II : Un illustre Exorciste au Vatican ?

Le « Corriere della Sera » du 20 Juin 1993 publie une nouvelle tirée du journal de Monseigneur Martin, préfet de la Maison pontificale qui raconte :

« L’évêque de Spoleto, Monseigneur Alberti, est venu en audience auprès du Pape avec une femme possédée, Francesca F. qui se roulait par terre en hurlant. Nous de l’extérieur, nous entendions ses cris. Le Pape s’est mis à prier, en prononçant divers exorcismes, mais en vain. C’est seulement quant, à la fin, le Pape a dit à la femme : « Je dirai la messe pour toi demain » que Francesca a été tout à coup libérée de la présence maléfique, est redevenue normale et a présenté ses excuses au Pontife ».

C’était au mois d’avril 1982. Le Pape en resta très impressionné et s’exclama « C’est une vraie scène biblique ». A l’époque Francesca avait 22 ans. Elle est maintenant mariée, mère de deux enfants et elle vit en Paix.

D’après l’exorciste romain Dom Gabriel Amorth, il est notoire que Karol Wojtyla exorcisait déjà quand il n’était qu’Archevêque et Cardinal.

Jean Paul II s’est exprimé sur ce sujet avec une grande clarté dans son discours du 24 mai 1987 :

« Cette lutte contre le Démon, qui spécifie le personnage de l’Archange Saint Michel, est bien actuelle aujourd’hui encore, puisque le Démon est toujours vivant et agissant dans le monde.

En effet, le mal qui est présent sur terre, le désordre…, l’incohérence… ne sont pas seulement les conséquences du péché originel, mais aussi l’effet de l’action dévastatrice et obscure de SATAN. »

Le Pape Paul VI lui aussi, dans son discours du 15 novembre 1972 exprime que :

« … l’un des besoins majeurs est la défense face à ce mal, que nous appelons le démon… La personne qui refuse de reconnaître l’existence de cette réalité se met hors du cadre de l’enseignement de la Bible et de l’Eglise. »

Le message Pontifical est très clair :

1/ Le démon (sous différentes formes dont l’envoûtement, les maléfices, la sorcellerie, etc…) est une REALITE spirituelle dont tous les Chrétiens doivent tenir compte.   2/ Il est du devoir du Clergé de suivre l’exemple du Pontife en prenant une part active dans la lutte contre le mal et ses dérivés maléfiques ; en imitant le modèle du Christ auteur de nombreux Exorcismes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site